De la contravention à la garde à vue

Publié le par Kabreras

Et voila, l’instrumentalisation politique jusqu’au boutisme de  l’affaire du nikab au volant arrive à un point assez formidable.

 

Il est déjà assez extraordinaire de passer d’une affaire de contestation de contravention d’une femme aux histoires familiales de son mari puis aux suppositions d’irrégularité d’aides sociales à d’autres femmes, mais cette fois cela vas encore plus loin !

 

Après  les accusations de polygamie démenties à demi-mots (forcément) par le ministère de l’immigration et en direct par Eric Besson sur RTL.

 


Après avoir fait suspecter des fraudes aux allocations des fameuses autres femmes, ou plutôt amantes qui seraient déclarées comme élevant seules des enfants afin de toucher les allocations familiales.

 

Voici la conductrice et son mari mis en examen ET placés en garde à vue. Pour rappel il doit exister une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner l'intéressé d'avoir commis ou tenté de commettre une infraction punie d'une peine d'emprisonnement pour placer quelqu'un en garde à vue et ce qu’on lui reproche n’est répressible que de multiples amendes.

Alors comment s’expliquer cette mise en garde à vue a part pour des motifs totalement et uniquement politiques dans une affaire qui n’aurait jamais du être médiatisée.

 

Il est bien évidement que d’ici quelques jours, nous allons voir fleurir des sondages vantant l’action du parquet dans cette mise en garde à vue, je suis sur que si on leur proposait, ces sondés qui ne représentent personne et encore moins l’avis de la population, voueraient cet homme au bucher sans aucun état d’âme.

Publié dans En Politique

Commenter cet article